Pages pas sages

Ma recherche part d’une idée esthétique. Entre l’image photographique, écrite avec des crayons de lumière et le mot que renferme le livre.
Le cadre et l’enveloppe, le noir et le blanc, le mot et la trace de lumière, la fragilité et la préciosité, la précision et le flou, la narration et l’image, le rêve et l’histoire, l’invention et la vérité recadrée.
Les pages sont onduleuses et deviennent étranges lorsque le livre sert de prétexte à la rencontre de lignes droites et de lignes courbes.
Les rêves tourbillonnent, se coincent et s’échappent dans les plis du visible et de l’invisible, comme la lumière naît de l’ombre.