Dans l’ombre et la lumière

Série de 102 photographies, juin 2016. Extraits.

La profession d’avocat ne peut se faire qu’avec passion.

Elle évolue, se transforme, s’adapte à notre société, tout en restant implantée au cœur même de la cité.

Loin des images d’Epinal, les 413 avocats du Barreau de Clermont-Ferrand, ont entendu s’ouvrir sous l’œil de Marielsa Niels, photographe, à qui il a été demandé de porter un regard sur notre activité quotidienne, dans la lumière d’une salle d’audience ou dans l’ombre de nos cabinets respectifs.

L’avocat conseille, assiste, défend, protège.

Il demeure le confident, le professionnel que l’on appelle à toute heure du jour et de la nuit. Avec l’objectivité de penser que rien ne sera gagné grâce à lui, mais également rien perdu de son fait.

Frédéric FRANCK, Bâtonnier de l’Ordre des Avocats de Clermont-Ferrand

La méconnaissance peut amener au mépris, à la méfiance, comme à la subjugation.

Le regard que peut avoir la société sur un groupe de personnes m’a toujours interpellé ; cela se traduit le plus souvent par la mise en place d’un imaginaire collectif fait de clichés qui ne sont en fin de compte qu’un méli-mélo de choses récentes ou anciennes, vraies ou fausses, d’idéalisations ou de caricatures.

L’Ordre des avocats de Clermont-Ferrand m’a confié un travail photographique pour porter un autre regard sur le métier qu’il représente.

En suivant certains d’entre eux j’ai pu constater leurs différentes approches et modes de pensées. J’ai vu que pour eux ce n’est pas un métier d’apparence mais un métier d’engagement. Grâce à leur complicité et en les accompagnant dans leur quotidien, j’ai approché leur univers.

Qui sont les avocats ? Quels stéréotypes leur sont attribués ? Que faut-il en retenir et que faut-il écarter ?

Dans cette exposition, je propose une série en plusieurs volets, tentant ainsi d’amener à la découverte des différentes facettes de ce métier et de ceux qui le composent, entre les coulisses et le devant de la scène.

Derrière une profession se cachent des personnes avec des émotions, des envies, des idées, des causes à défendre, des exigences, des contradictions, des peurs, des imperfections…

La justice n’est faite que par des femmes et des hommes.

Marielsa Niels