Eclats de vie

Christine et Olga sont venues successivement et sans se connaître, me rencontrer à l’atelier.
Elles m’ont confié une partie de leur existence, de leur intimité et m’ont fait part de leur démarche.

Confiantes, elles ont fait le choix de me laisser « penser et réaliser » entièrement les prises de vues. Pour Christine, la seule contrainte était l’intégration d’œufs dans les images. Elle a souhaité écrire ses sentiments et parler de notre rencontre dans son texte : « Eclat de vie » qui accompagne la série photographique.
Elle explique alors ici toute la symbolique des œufs. Pour Olga, la maladie est symbolisée par la noix. La forme du fruit lui rappel le cerveaux dont le sien serait à l’origine de son cancer.

Ce qui était au départ des commandes photographiques va devenir une exposition, un partage dépassant l’intimité de l’atelier, du studio et de la séance de prises de vues.

02-expo photo cancer   Photographies en bas de pages….

ECLATS DE VIE, un texte de Christine.

Le cancer m’a kidnappé un jour de janvier 2010. Une tumeur cancéreuse au sein gauche, petite image anodine sur une radiographie: Le choc! Une poignée de mots et la vie bascule. Quelques minutes suffisent à vous anéantir. En quelques instants à toute allure, tu vois le film de ta vie défiler devant tes yeux. Tu ne sais plus si elle t’appartient encore ta vie! Et pour combien de temps! Tu te sens vieille, ta jeunesse s’envole. Le mauvais sort s’est jeté sur toi. D’un coup d’un seul, ta vie a changé, tu perds pied. Ta jeunesse et ton insouciance s’envolent ainsi que tes certitudes. Rien ne pouvait m’arriver, une bonne étoile! Je pensais: de la chance dans ma vie; d’un coup, le bonheur qui s’écroule: tes rêves, tes envies, ta fraîcheur de femme jeune, tu te sens vieille et vieillir rapidement; à chaque mot prononcé on tue tes espoirs!
La peur m’envahit. Toute l’équipe médicale s’est regroupée autour de moi toute de blanc vêtu; telle une condamnée à mort attendant la sentence, tout bascule. C’est avec stupeur dans la pénombre que j’aperçois le visage vide de la grande faucheuse.
Comment ne pas y penser à cette mort!
Toute entière tremblante de peur tu essaies de revenir à la vie, ne plus y penser, oublier. Mais tu sais à tout moment au fond de toi même qu’elle peut décider de ton sort. Je ferme les yeux et je me dis: sortir de ce cauchemar, retrouver la joie de vivre, ma jeunesse et mon insouciance. Mais non: en ouvrant les yeux, le cauchemar est bien réel. Tu veux tout recommencer, revenir en arrière au début du film: impossible tu es bien dans le présent et dans un proche futur pas très réjouissant. Le verdict tombe telle une balle dans la peau: carcinome lobulaire avec atteinte ganglionnaire et la sanction qui suit: 6 séances de chimiothérapie, une reprise chirurgicale puis 33 séances de radiothérapie.

Les traitements débutent. Il faut se battre, se relever et continuer à vivre. Pendant mes chimiothérapies, l’idée de réaliser ces photos me paraissait vitale. Toute ma vie dans la création (sculptures, peinture); la photographie pour cet événement s’imposait à moi! Épuisée lors d’une séance de chimiothérapie et alitée, une «étincelle», un rêve éveillé: une image m’est apparue. Je me voyais nue, agenouillée avec à mes côté un œuf blanc volumineux. Dans cette atmosphère régnait une absence de couleur, seuls le noir et le blanc étaient présents. Une dualité s’imposait à moi; la maladie ne m’empêcherait pas d’être encore créative! Je recherchais une sensibilité proche de la mienne et un regard qui retransmettrait mon idée. C’est ainsi que le hasard m’a porté vers Marielsa.

Dès notre première entrevue, j’ai perçu l’osmose dans la création (ressenti difficile à exprimer avec des mots). Ma vision devenait réelle à travers son regard, son regard devenait le mien! Malgré la maladie, la fatigue des traitements, il était pour moi important de montrer une dimension esthétique, la féminité toujours présente, l’espoir, la vie dans toute sa fragilité et sa vulnérabilité. Christine, 44 ans .

L’œuf blanc volumineux, symbolise la pureté, la naissance et renaissance, le début et la fin, la vie et la mort. Il incarne aussi le deuil d’un enfant, d’une grossesse qui ne sera plus possible. Ventre stérile amputé de la vie ! Il matérialise également la transformation d’une jeune femme procréative en une femme mûre, dans sa vie profonde et spirituelle. Il exorcise ainsi cette mutation. Les œufs noir et blanc jouant avec le corps, représentent la naissance d’une dualité entre : le mal et le bien, la mort et la vie, la maladie et la guérison, la faiblesse et la force, l’obscur et la lumière, la fin et le début, le rien et le tout, le vide et le plein. Tel l’équilibriste marchant sur un fil, les œufs recherchent l’équilibre d’une dualité.

Le noir attire et le blanc ébloui; du noir tu viens et dans le blanc tu repars!
Se battre pour la vie ou se laisser glisser et s’abandonner à la mort telle était mon issue, j’ai fait le choix de vivre !
Du vide naîtra le plein, du rien naîtra le tout, du noir naîtra la lumière, du chaos naîtra l’ordre, du mal naîtra le bien , du toi et moi naîtra la vie, du cœur naîtra l’amour.
N’oublie pas que la route est courte même si parfois elle te semble longue !

Christine – 44 ans

01-travail photo intime cancer 02-expo photo cancer03-expo photo maladie du corps04-travail photo cancer 05-photographie femme et cancer   07-photo pendant chimiotherapie 08-travail photo contre le cancer 09-travail photo intime 10-photographie cancer homme femme 12-photo espoir cancer 11-photo sein et cancer

Laisser une réponse

  • (will not be published)